HPE: Notre Solution Gagnante

L’avenir du paiement « On-The-Go »

 

Bonjour Jérôme, que fais-tu chez Worldline?

 

Je suis Business Developer au sein de l’entité PPC (ndlr : Payment Processing Center) chez FPL (ndlr : Financial Processing & Software Licensing). A ce titre, je suis charge du développement de notre offre de Mobile Acceptance.

 

Quand as-tu rejoint la société et que faisais-tu avant ?

 

J’ai rejoint Atos en 2001 puis Worldline en 2009. Auparavant, j’étais consultant dans le monde de la banque et de l’assurance avant d'intégrer le groupe Banque Populaire.

Tu as récemment participé à une conférence sur les technologies liées au mPOS (ndlr: Mobile Point Of Sale), concrètement, quels changements ont été apportés ces dernières années ?

 

C'est le taux d'équipement en smartphones et plus généralement le fait que l'on puisse multiplier les usages en mobilité qui a changé la donne.

Le mPOS est un marché assez développé aux Etats-Unis mais il le reste encore peu en Europe et en France, où les offres sont arrivées plus tard. Les exigences de sécurité sont également plus draconiennes. Le marché français, aujourd’hui, est un marché qui a des difficultés à prendre son envol malgré une multiplicité des offres. Ce sont les besoins métier du retail et des transports qui tireront ce marché, avec les offres de Mobile Acceptance proposées par les banques.

 

En parlant des acteurs du mPOS, quels sont les impacts pour les consommateurs ?

 

Une fois que le mPOS se sera généralisé, nous pourrons régler en carte bancaire partout où l’encaissement est présent mais où les terminaux de paiement ne le sont pas. Je pense, en particulier, aux artisans, aux professions libérales, aux collectivités locales ou à la vente ambulante. Cette liste n'est pas exhaustive ; il existe par exemple le souhait de certaines enseignes de disposer de Mobile Acceptance indoor afin d’éviter le passage en caisse, les files d’attente inhérentes et le phénomène de showrooming. Le mPOS permettra de conclure l’acte de vente directement en rayon avec une adaptation parfaite aux besoins et applicatifs métier.

 

Et quels seront les impacts pour les commerçants une fois que le marché du mPOS aura pris son envol ?

 

Pour les commerçants, cela se passera en deux phases :

  • L’équipement des commerçants "primo accédants" à la monétique. Ceux-là, bien qu'acceptant des paiements n’avaient pas jusque-là la possibilité d’accepter les cartes, soit pour des impossibilités techniques, soit par des coûts jugés prohibitifs. Le mPOS leur permettra donc de s'équiper plus facilement.
  • Le remplacement des terminaux fixes par des terminaux mobiles qui pourront être aussi bien utilisés pour la vente au comptoir comme pour la vente en mobilité.

Et les institutions financières dans tout ça ?

 

La majorité des grands groupes bancaires français ont lancé leurs offres entre fin 2013 et aujourd'hui. D'autres acteurs, établissements de paiement, en ont fait de même dans le secteur de la téléphonie mobile. Les offres du marché partagent le même business model fondé sur le pay per use et un taux de commission significatif. Le marché décolle doucement. Je pense qu'il y a une place pour un modèle avec une tarification différente beaucoup plus agressive pour motiver le marché. Nous en reparlerons dans quelques semaines.

 

 

Depuis quelques temps, nous entendons beaucoup parler de technologie NFC et de paiement sans-contact, quel est ton avis sur son taux d’adoption auprès des consommateurs en France et en Europe? Comment envisages-tu l’évolution de cette technologie et de son adoption dans le futur ?

 

Le NFC, aujourd’hui, fait en effet couler beaucoup d’encre. D’un côté, nous avons les banquiers qui équipent par défaut leurs consommateurs avec des cartes de paiement qui embarquent la technologie NFC (ndlr : environ 50% de porteurs équipés en France à l’heure actuelle). De l’autre côté, nous avons les commerçants qui s’équipent, petit à petit, de terminaux et technologies compatibles (ndlr : un peu moins de 20% des terminaux sont compatibles NFC aujourd’hui en France). Mais le NFC n’a pas encore été largement adopté par les consommateurs. En tout cas, son taux d’adoption n’est pas encore proportionnel au taux d’équipement.

A l’avenir, il est probable que les consommateurs veuillent utiliser le mode de paiement sans contact de plus en plus souvent et pour des montants de plus en plus importants. Sachant qu’aujourd’hui le paiement NFC standard est limité à 20 euros et nécessite également la composition de son code confidentiel pour un montant supérieur, le gain de temps est là, mais il n'est pas suffisant. Cela devrait changer lorsque la technologie et sa sécurisation nous permettront d’aller plus loin. Par exemple, le moyen de paiement HCE, basé sur la technologie NFC dématérialise la carte. Il permet une authentification forte du porteur et de sa carte dématérialisée. Cette dématérialisation des cartes de paiement devrait également favoriser la progression de l’adoption du NFC.

NFC

 

Comment notre solution «HPE» répond-elle à toutes ces problématiques ?

 

Notre solution répond principalement à deux problématiques.

La première est le frein à l'équipement. La mobile acceptance nécessite un terminal de paiement mobile. A partir du moment où HCE dématérialise la carte, il est logique de chercher à dématérialiser le terminal. C'est ce que nous proposons avec HPE. La mobile acceptance avec HPE nécessite juste le téléchargement de l'application marchand sur Google Play ou l'Appstore et c'est tout. Pas besoin de terminal NFC. Le frein à l'équipement est levé.

La seconde est la mobilité. Supprimer le terminal, c'est accroitre la mobilité et les usages. A l’heure actuelle, le taux d’équipement en smartphone est élevé et progresse encore. Chaque porteur est ou sera équipé d'un smartphone, idem pour les commerçants. De ce fait, avec l'arrivée d'acteur comme Apple ou Samsung, l’usage va s’imposer. Notre solution permettra aux consommateurs de payer leurs achats d’un simple « tap » n'importe où et en tout sécurité.

 

Notre solution HPE a gagné un PayForum Award, quelles retombées anticipes-tu ?

 

Le plus important pour moi reste la construction de cette solution au niveau industriel et surtout de nombreux pilotes afin d’atteindre une mise en production dans les mois qui viennent.

 

Tu parlais de la dématérialisation des cartes de paiement, que penses-tu de l’arrivée des géants Apple & Samsung sur ce marché ?

 

Leur entrée est révélatrice du potentiel du NFC en général et de la carte dématérialisée dans le smartphone en particulier. Ce nouveau moyen de paiement devrait devenir prépondérant avec l'apport des jeunes générations. C’est très encourageant et prouve que les lignes ont bougé, d’ailleurs, nous anticipons d’autres entrants sur ce marché dans les prochains mois.

 

Merci d’avoir pris le temps de discuter avec nous aujourd’hui. Une dernière question avant de nous quitter : nous vivons dans un monde digital hyper-connecté et tu te retrouves coincé sur une ile déserte, quel produit électronique de grande consommation as-tu obligatoirement avec toi ?

 

De quoi stocker de la musique dématérialisée et de quoi l'écouter.

 

Profile picture

Jérôme Ferrer

 

 

Catégories: Général, Perspectives, Solutions

 

Partagez
& commentez

Facebook Twitter Google LinkedIn
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre visite sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Ces derniers nous permettent
de comprendre comment notre site internet est utilisé. Nous pouvons ainsi mieux le configurer. Si vous refusez que nous utilisions des cookies, vous pouvez
bloquer leur utilisation en configurant votre navigateur tel qu’expliqué dans notre Politique Vie Privée
J'accepte Plus d'informations