Blog / Solutions /

DSP2 et Instant Payment, quelles opportunités pour les e-commerçants ?

DSP2 et Instant Payment
Quelles opportunités pour les e-commerçants ? 

Worldline

Corporate

L’écosystème des paiements est en constante mutation, en termes d’évolution des usages des consommateurs, de la profusion des nouvelles technologies, des nouveaux entrants ou encore avec l’introduction de nouvelles réglementations : SEPA, MIF, EPAS, DSP2, Instant Payment, etc. Intéressons-nous de plus près à la DSP2 et l’Instant Payment et à leurs implications sur l’activité des e-commerçants.

Le nouveau rôle du fournisseur de services d’initiation de paiement

Ce nouveau service (Payment Initiation Service – PIS), introduit par la DSP2, repose sur ce nouveau rôle réglementé. Celui-ci a la possibilité d’initier un virement bancaire pour le compte d’autrui, à condition d’obtenir son accord préalable. Un e-commerçant va pouvoir proposer à ses clients une expérience de paiement alternative basée sur le virement. Les e-commerçants peuvent soit s’appuyer sur le service PIS d’un fournisseur tiers, soit devenir eux-mêmes un PISP et émettre leur propre solution de paiement propriétaire. Cependant, cette dernière option est plutôt adaptée aux e-commerçants ayant une base de clients significative, leur assurant des flux élevés et un retour sur investissement rapide.

Ce nouveau service (Payment Initiation Service – PIS), introduit par la DSP2, repose sur ce nouveau rôle réglementé. Celui-ci a la possibilité d’initier un virement bancaire pour le compte d’autrui, à condition d’obtenir son accord préalable. Un e-commerçant va pouvoir proposer à ses clients une expérience de paiement alternative basée sur le virement. Les e-commerçants peuvent soit s’appuyer sur le service PIS d’un fournisseur tiers, soit devenir eux-mêmes un PISP et émettre leur propre solution de paiement propriétaire. Cependant, cette dernière option est plutôt adaptée aux e-commerçants ayant une base de clients significative, leur assurant des flux élevés et un retour sur investissement rapide.

« Les banques et les e-commerçants sont les deux acteurs qui seraient à même de gagner la confiance des consommateurs pour le développement de l’offre d’initiation de paiement »

L’expérience client, un enjeu majeur pour les e-commerçants

En proposant de nouveaux moyens de paiement, les e-commerçants doivent offrir une solution conforme aux nouvelles exigences des consommateurs et être au même niveau de service que la carte bancaire, largement utilisée aujourd’hui en France. Les consommateurs sont aujourd’hui de plus en plus exigeants en termes d’expérience client : elle doit être simple, omnicanale et sécurisée.

  • Simple et omnicanale : L’expérience client liée au PIS doit être homogène sur tous les canaux de vente (en ligne ou en magasin).
  • Sécurisée : Il est aussi nécessaire de trouver le bon équilibre entre les impératifs réglementaires en termes d’authentification forte, de sécurité et d’expérience client.

Enfin, l’adoption de cette solution de paiement alternative dépendra également des services à valeur ajoutée qui y seront rattachés comme les programmes de fidélisation ou encore les facilités de paiement.

Selon une étude d’Accenture, 50% des consommateurs adultes seraient à l’aise avec l’idée de confier l’initiation de leurs paiements à un acteur tiers. Cependant, cela suggère que si les consommateurs sont ouverts pour utiliser les services des PISP, il n’en reste pas moins que ce sont les acteurs déjà établis dans les paiements, tels que les banques ou les grands e-commerçants, qui sauront le plus attirer les consommateurs.

Une longueur d’avance pour les e-commerçants dans le développement d’une solution PISP propriétaire

Les e-commerçants ont certes une longueur d’avance du fait que leurs clients soient déjà habitués à utiliser différentes solutions de paiement. Néanmoins, les e-commerçants devront rapidement repenser leur stratégie autour des paiements afin de tirer profit de cette nouvelle opportunité. Avec la DSP2, les e-commerçants ont la possibilité d’être leur propre processeur de paiements en tant que PISP, et de se connecter directement aux banques à travers des API. Ainsi, les e-commerçants vont pouvoir alléger le processus de paiement en proposant un paiement en un clic pour les clients récurrents et améliorer l’expérience client. Plusieurs e-commerçants ont déjà déployé ce type de solutions reposant sur la carte bancaire et pourraient faire évoluer le service afin de l’adapter au service du PISP, reposant sur le virement bancaire.

La suite logique de la DSP2 : l’Instant Payment

L’implémentation de l’Instant Payment, ou virement instantané (SCTinst, schéma européen de la Banque Centrale Européenne permettant des paiements instantanés), devrait être mise en œuvre avant la fin de l’année au niveau européen. Cela implique de nouveaux défis techniques et organisationnels pour les e-commerçants. En s’appuyant sur un fournisseur tiers, ou en étant un PISP lui-même, un e-commerçant peut plus facilement faire évoluer son offre de paiement vers un service de paiement instantané qui s’intègre à une expérience client digitale. L’avantage pour les e-commerçants sera la disponibilité quasi-instantanée des fonds, ce qui les prémunit des risques d’impayés. Ceci est d’autant plus avantageux pour les petites et moyennes entreprises, dont l’activité peut être mise en péril à cause des défauts de paiements.

La DSP2 permettra aux e-commerçants de dynamiser leur offre et de proposer des moyens de paiements innovants qui s’adaptent aux usages et besoins des consommateurs. Cependant, cette nouvelle directive apporte de nouvelles contraintes règlementaires de par l’obligation d’assurer une authentification forte. Cette option sera certainement davantage bénéfique aux plus grands e-commerçants ayant des flux de transactions importants. Ainsi, leurs coûts de traitement des paiements seront réduits par rapport à ceux des cartes bancaires. Dans ce cas, l’investissement en termes de mise en conformité par rapport à la DSP2 sera donc justifié.